Blogue

BLOGUE DENTAIRE

Les risques associés aux produits blanchissants vendus librement

Qui n’a jamais rêvé d’avoir un beau sourire éclatant ? Si l’on se fie à l’abondance des produits blanchissants que l’on trouve sur le marché, on pourrait croire que ceux qui répondent oui à cette question sont plutôt rares. De nombreuses options sont en effet proposées en magasin. Vu leur accessibilité et leurs promesses de résultats, il peut être tentant d’y recourir. Seulement, ces solutions sont bien souvent associées à des risques pour les dents. Voici donc des informations préparées par l’équipe de la Clinique Poirier de Salaberry-de-Valleyfield pour vous aider à faire des choix éclairés.

 

Les produits de blanchiment : comment fonctionnent-ils ?

Avant de parler directement des solutions blanchissantes, il est important de revenir sur les causes du jaunissement des dents, le phénomène que ces produits visent à contrer. Mentionnons que la couleur naturelle des dents (blanc) leur vient de l’émail, la couche externe qui sert à les protéger. Lorsque ce dernier s’érode ou se tache, la couleur des dents est altérée. En s’amincissant (en raison de l’usure, des habitudes alimentaires et buccodentaires ou de la prise de médicaments), l’émail laisse voir la composante de la dent qui se trouve en dessous, la dentine, de couleur jaune. Ce phénomène est malheureusement irréversible. Quant à eux, les dépôts de tabac, de nourriture et de boissons qui s’y accumulent masquent l’aspect originel de l’émail. Pour retrouver ces attributs (lustre et blancheur), il faut donc les éliminer.

 

C’est d’ailleurs là le point commun de tous les produits blanchissants : ils visent à dissoudre les taches pour dévoiler le blanc nacré naturel des dents. Seulement, ceux vendus librement ne remplissent pas nécessairement ces promesses, et lorsqu’ils le font, c’est souvent au prix de l’intégrité du sourire.

 

Les produits vendus dans les pharmacies et grandes surfaces

On parle ici de produits d’hygiène buccodentaire et d’usage quotidien (rince-bouche, dentifrice, gomme à mâcher, etc.) additionnés de composantes abrasives comme le peroxyde d’hydrogène ou le bicarbonate de soude. On pense aussi aux traitements proprement dits contenant le même genre d’agents blanchissants. Ils prennent généralement la forme de bandes adhésives ou d’un applicateur à remplir de gel. Ils promettent d’améliorer l’apparence du sourire en quelques jours ou quelques semaines. Ce genre de solution peut donner des résultats corrects, tout dépendant de l’option choisie et du degré de jaunissement des dents. Toutefois, elles ont des limites qui sont autant de facteurs de risque.

 

Deux caractéristiques à risques

  • Leur calibrage universel : dans les produits, la proportion d’ingrédients abrasifs est souvent faible. Cela limite les résultats et pousse à les utiliser de manière prolongée ou continue. Même s’ils sont plus puissants, les traitements vendus librement sont aussi mal calibrés. Les applicateurs ne sont pas personnalisés et il est impossible d’ajuster la concentration de l’agent blanchissant, lequel est parfois trop fort pour l’émail.
  • Les effets variables et peu durables : s’ils sont satisfaisants dans certains cas, les changements sont généralement de courte durée. Cela pousse à recourir fréquemment à ces produits, ce qui peut mener à une détérioration de l’émail. Ce phénomène entraîne une décoloration des dents, une hypersensibilité dentinaire et une plus grande vulnérabilité à la carie dentaire.

 

Le cas du dentifrice au charbon : un produit blanchissant populaire, mais risqué

Offert en ligne, dans les boutiques spécialisées, mais aussi en pharmacie, c’est un dentifrice additionné de charbon actif (charbon végétal). Ce composé est obtenu par la combustion de matériaux riches en carbone et est connu pour ses capacités d’absorption et son côté abrasif. C’est pourquoi on l’utilise pour blanchir les dents. Seulement, ces caractéristiques représentent un risque pour l’émail. Son usage doit donc être contrôlé pour éviter que cette couche protectrice ne s’altère. Ainsi, il ne faut pas se brosser les dents avec ce produit plus de deux fois par semaine. Les options contenant une poudre de charbon très fine devraient par ailleurs être privilégiées. Autrement, prenez un dentifrice fluoré portant le sceau de l’Association dentaire canadienne.

 

En conclusion : consultez toujours votre dentiste !

Les solutions accessibles ne donnent pas tout le temps de bons résultats en plus de comporter des risques pour l’émail. Par chance, il existe des traitements professionnels, beaucoup plus efficaces et sûrs. Parmi ces options, vos dentistes de Salaberry-de-Valleyfield en offrent 2 : le blanchiment à la chaise et le blanchiment par gouttières personnalisées. Si vous songez à blanchir vos dents, même au moyen de produits vendus librement, parlez-en à votre équipe traitante. On saura vous guider dans vos choix pour vous éviter de courir des risques inutiles !

Dr Nicholas Poirier Dr Nicholas Poirier
Dentiste généraliste
Diplômé de la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal en 2005, Dr Poirier se passionne pour les nombreuses disciplines de la dentisterie générale. Afin de toujours offrir le meilleur à la population de Salaberry-de-Valleyfield, d’où il est natif, il suit régulièrement des formations continues. De cette façon, il a pu développerune expertise aux sujets de l’orthodontie, des extractions de dents de sagesse, de restaurations et de l’implantologie.
Notre clinique

Restez à l'affût

Inscrivez-vous à nos
infolettres flyées pour
savoir ce qui se passe
chez Clinique Poirier !

to top