Blogue

BLOGUE DENTAIRE

Anatomie de la dent : caractéristiques et vulnérabilités de ses composantes

De nombreux spécimens du règne animal sont pourvus de dents : on en retrouve dans la bouche de la majorité des reptiles, des poissons et des mammifères. Leur nombre et leur disposition varient d’une espèce à l’autre lien avec sa physionomie et son alimentation. Ainsi, les humains adultes possèdent 32 dents (en incluant les dents de sagesse) aux formes et fonctions diversifiées. Malgré ces différences, les dents partagent la même anatomie : elles sont toutes formées de composantes semblables, qui ont chacune leurs spécificités et leurs vulnérabilités.

 

La dent : petite, complexe et vulnérable

L’anatomie des dents est plus complexe que leur petite taille pourrait le laisser paraître. Faites en un seul morceau, elles comptent deux sections principales :

  • La couronne : C’est en quelque sorte la tête de la dent, qui se trouve hors de la gencive et qui lui permet de remplir ses fonctions, notamment masticatoire. Plus exposée, elle est sujette à l’usure, aux bris et aux maladies.
  • La racine : Implantée dans l’os alvéolaire, c’est grâce à cette partie que les dents se maintiennent en place. Elle est recouverte du cément auquel s’accrochent les ligaments qui relient les dents à l’os. Lorsque ces structures s’affaiblissent, les assises se précarisent. Au niveau interne, la racine est traversée par le canal radiculaire, celui-là même qui doit être assaini (par un traitement de canal), quand une infection majeure touche l’intérieur de la dent.

À ces deux sections, on peut ajouter les trois couches principales des dents (l’émail, la dentine et la pulpe), qui elles aussi ont leurs fonctions et vulnérabilités.

 

L’émail : une couche protectrice dont il faut prendre soin

Très dur et naturellement blanc, l’émail agit comme protection extérieure des dents. Grâce à sa forte concentration en minéraux, il permet de prémunir la dentine des effets des stimuli externes, comme le froid et le chaud, et des attaques bactériennes. Malgré sa dureté, il est sujet à l’érosion. Ce faisant, l’émail peut s’amincir sous l’effet de l’acidité, tant celle produite par les bactéries qui se nourrissent des sucres qu’elles trouvent dans la bouche que celle des aliments et boissons que nous consommons. Ce phénomène augmente ainsi la vulnérabilité des dents aux maladies comme la carie, qui survient justement lorsque les bactéries percent l’émail et pénètrent vers l’intérieur de la dent. Il peut aussi entraîner une sursensibilité dentinaire (sensibilité dentaire) et un jaunissement des dents.

C’est pourquoi il faut le protéger en maintenant une bonne hygiène (incluant le brossage des dents après les repas et le passage quotidien de la soie dentaire) au moyen des instruments adéquats, en évitant les aliments et boissons sucrés ou acides et en visitant régulièrement votre dentiste de Salaberry-de-Valleyfield.

 

La dentine : la partie massive de la dent

C’est la partie qui se trouve juste sous l’émail. De couleur jaune, elle compose l’essentiel de la masse dentaire. Elle est traversée par des milliers de tubules, soit des petits trous qui lient l’extérieur de la dent et son intérieur pourvu de nerfs. Lorsque l’émail est en bonne santé, cette partie de la dent est protégée et elle ne cause pas de problème. Toutefois si l’écran naturel s’affaiblit, la dentine et les tubules sont exposés, ce qui augmente la sensibilité dentaire. Cette couche peut aussi être touchée par la carie.

 

La pulpe : un centre vivant et vulnérable

Cette partie centrale de la dent contient les nerfs et les vaisseaux sanguins. Ceux-ci jouent un rôle majeur lors de la croissance dentaire (tant des dents de lait que des dents permanentes), mais ne sont pas essentiels aux autres fonctions. Ils peuvent toutefois s’infecter si des bactéries réussissent à s’y rendre. Cela cause alors une maladie sévère qui, sans traitement, pourrait compromettre la survie de la dent. De plus, ces structures internes peuvent se déstabiliser lors d’un choc ou d’un trauma. C’est pourquoi il est important d’éviter que la carie ne se développe et qu’elle s’aggrave. Il est aussi conseillé de se protéger lors d’activités sportives à risque.

Ce faisant, les dents comptent plusieurs sections et épaisseurs qui méritent chacune une attention particulière. C’est pourquoi les chirurgiens-dentistes, comme ceux pratiquant à la Clinique Poirier de Salaberry-de-Valleyfield, sont formés à diverses disciplines dentaires. Ainsi, ils sont en mesure de bien traiter les dents et de vous conseiller sur les meilleures manières d’en prendre soin !

 

 

Dr Nicholas Poirier Dr Nicholas Poirier
Dentiste généraliste
Diplômé de la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal en 2005, Dr Poirier se passionne pour les nombreuses disciplines de la dentisterie générale. Afin de toujours offrir le meilleur à la population de Salaberry-de-Valleyfield, d’où il est natif, il suit régulièrement des formations continues. De cette façon, il a pu développerune expertise aux sujets de l’orthodontie, des extractions de dents de sagesse, de restaurations et de l’implantologie.
Notre clinique

Restez à l'affût

Inscrivez-vous à nos
infolettres flyées pour
savoir ce qui se passe
chez Clinique Poirier !

to top